Etude de l’institut Greenflex sur la consommation durable et responsable

Chaque année, l’institut Greenflex publie une enquête sur le rapport des Français vis-à-vis de la consommation durable et responsable. Nous allons découvrir ensemble quelles ont été les grandes tendances dans l’esprit des Français cette année, sachant que le résultat de 2016 été plutôt satisfaisant et dans le sens d’une recrudescence de la prise de conscience de la de s’orienter vers une économie durable.

Greenflex
Logo de Greenflex

Des chiffres pour compléter l’étude Greenflex

Alors qu’ils étaient 60,5 % à se sentir concerné en 2015 toutes les problématiques liées au développement durable, ils sont désormais en 2017 71,5 % à se sentir engagé sur ce sujet selon l’institut Greenflex. C’est donc une véritable prise de conscience qui est en train d’éclore notamment grâce à l’action très soutenue d’un tissu associatif dense qui tente tant bien que mal de mettre en valeur le caractère urgent d’une prise de conscience généralisée par la société sur le sujet du développement durable.

Ce qui préoccupe les français: la biodiversité !

Parmi les préoccupations qui arrivent en tête de liste vis-à-vis des Français, on note que l’environnement est bien placé, notamment les problématiques sur la pollution mais également sur la biodiversité qui a fait un point exceptionnel. On peut légitimement penser, que le travail associatif réalisé autour de la disparition des abeilles, espèce importante pour notre écosystème à sensibiliser bon nombre de Français qui sont de plus en plus beaucoup plus enclin intéressé aux problématiques de disparition des espèces.

Par ailleurs, la prise de conscience a aussi l’air de toucher tous les produits qui relèvent de la mal bouffe avec l’envie de manger sain et de s’orienter vers des produits labellisés, notamment ceux issus de l’agriculture logique mais également d’opter pour un retour à plus de naturel avec la volonté d’acheter local et de saison.

Les tendances:  les locavores, les greens future & éco-plaisirs…

On peut donc légitimement penser que cette évolution va se renforcer, sachant que les citoyens qui s’inscrivent dans une consommation impliquée d’un point de vue écologique est en recrudescence tout comme des tendances comme les locavores, les greens future ou encore les éco-plaisirs, c’est-à-dire des groupes de populations qui ont une prise de conscience beaucoup plus important que le reste de la population et qui œuvrent chaque jour à faire de la planète un lieu plus que ce soit en termes de production ou de consommation.